menu Menu
10 articles filed in
Journal
Previous page Next page

Lever de touriste

« … dans un ciel coq de roche canari fraise écrasée… »

Continue reading


La poésie comme jeu  

Et cet étrange terrain où nous sommes tous tombés

Il existe une longue tradition,  remontant au moins à Kant et à Schiller et se poursuivant aujourd’hui avec le travail de Kendall Walton, qui assimile l’art — son appréciation, sa production ou les deux — à une forme de jeu. Je ne suis pas certain qu’une définition de l’art comme jeu soit tout à fait […]

Continue reading


Les faveurs de la nuit quand elle tombe 

Les chauves-souris revêtent leur grande perruque de ciel noir, noir et bouclé (les étoiles et le vent)

Continue reading


Le jour où on t‘amputera du monde

n grand membre de bois
surnuméraire
inutile
et commun
avec lequel rien faire
— mais très très bien : rien faire…

Continue reading


Et

Parfois dit l’oiseau bleu Je me sens un peu Ridicule et heureux

Continue reading


Le yachtman de Chesterton

Et le pigeon arc-en-ciel du trottoir d'en face

J’ai souvent rêvé d’écrire un roman dont le héros, un yachtman anglais, par suite d’une légère erreur d’orientation, découvre l’Angleterre, en ayant l’impression que c’est une île nouvelle dans les mers du Sud. (…) Je n’ai pas l’intention de nier qu’il ressemblait à un fou. Mais si vous imaginez qu’il s’est trouvé idiot, ou que […]

Continue reading


Regarder parfois un peu plus lentement (que le temps)

Les papillons qui vivent au chaud dans la rouille Se meuvent moins vite que le passage du temps De sorte qu’on ne les voit pas bouger, généralement On n’a pas tout à fait (mais presque) Le temps

Continue reading


Ça coule c’est pas solide ce genre de choses

Les larmes versées devant le monument aux morts Formeraient de petits monuments fragiles Aux vivants.

Continue reading


Petit cochon content

Parce-qu’il a deux bouches Sourire, songe-t-il Et manger

Continue reading


Tous ensemble on ferait une belle symphonie très moderne

Ou les sonotones de la douleur

Ta douleur ô ta douleur, te dit à sa façon qu’il y a une couille électrique dans l’eau du gaz du potage  des tendons de ta cuisse. « Oh ! Ca va, que je réponds, pas sur ce ton, et pas la peine de gueuler on n’est pas sourds quand même.» Mais toujours en criant, soudainement elle […]

Continue reading



Previous page Next page

keyboard_arrow_up