menu Menu

Les faveurs de la nuit quand elle tombe 



(c) Jonas Billon

La lumière rêve qu’elle est la nuit

Dans une vision du crépuscule

Les ombres se rapprochent, s’aiment, font des petits

Les ombres comme des échos se desserrent, s’ouvrent, et passent les murailles

Les chauves-souris revêtent leur grande perruque de ciel noir, noir et bouclé (les étoiles et le vent)

Et… depuis le temps que je le leur souhaitais…

C’est visible à l’œil nu

Les arbres côtiers, touristes timorés, enfin, peuvent se baigner.


lettres d'une ile p.i.sage intérieur


Previous Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cancel Laisser un commentaire

keyboard_arrow_up